Cuivres Clairs

  • CUIVRES CLAIRS (perces cylindriques)

UNE FAMILLE ORGANISÉE COMME UN CHŒUR :
Les cuivres clairs actuels sont les instruments de la famille des cuivres construits à partir d'un tube cylindrique. Cette particularité concerne la partie de l'instrument située entre la branche d'embouchure (endroit ou on fixe l'embouchure) et la partie qui s'évase et qui constitue le pavillon. (Souvent la sortie de la mécanique pour les instruments modernes)
Le vocabulaire applicable à la trompette l'est aussi pour tous les cuivres modernes. Comme le chœur la familles des cuivres possède 4 "registres" :

Soprano : Trompette 
Alto : Trompette alto (en fa)
Ténor : Trombone
Basse : Tuba

Comme pour le chœur cette division est en réalité beaucoup plus complexe. Nous allons développer ci-dessous cette grande famille.
La voix d'alto a été délaissée. Les instruments qui la représentent ne sont utilisés qu'exceptionnellement.

Ecouter : Ensemble de trompettes SIMON BOLIVAR, Ensemble de Trompettes de Lyon(1) (2)

Les ensembles de cuivres clairs : Philip Jones, German Brass, Spanish Brass Luur Metals

LES TROMPETTES

1.  TROMPETTE NATURELLE : 

Elles sont dites naturelles car elles n'utilisent que les harmoniques naturelles développées par la longueur du tube. Il n'y a pas de mécanique.
Les harmoniques sont très éloignées les unes des autres dans le grave et se rapprochent dans l'aigu. Les compositeurs qui souhaitaient des mélodies relativement conjointes pour ces instruments les écrivaient dans l'aigu de l'instrument.
Ecoutez une pièce écrite pour un solo de trompette de cavalerie qui est un instrument d'ordonnance.
La trompette baroque elle, était un instrument de l'orchestre. Son handicap (peu de notes possibles) la cantonnait à un rôle de ponctuation harmonique (souvent en doublure des timbales)

Ecouter : Gabriel Cassone un grand maître contemporain de la trompette baroque , (2)  dans le concerto Brandbourgeois n°2 c'est impressionnant




2.  LA TROMPETTE MODERNE :

Elle a été utilisé à la fin du XIX ème siècle quand la facture instrumentale a rendu fiable la mécanique.

C'est grâce aux progrès de la chaudronnerie que ces instruments ont évolué. Il est à noter que les nouvelles technologies de la métallurgie sont issues des ateliers qui travaillaient pour l'armement. (Krupp en particulier). Certains ingénieurs sont devenus des grands noms de la lutherie des cuivres. Nous ne citerons qu'Adolphe SAX dont nous reparlerons dans les pages consacrées aux cuivres à perces coniques. 
Le répertoire s'est développé à partir de transcriptions d'œuvres écrites pour d'autres instruments avant d'attirer les compositeurs du XXème siècle.
Plusieurs longueurs de tubes (tonalités) sont utilisées à l'orchestre : Ut,  Sib, Ré, La, Sol, Fa, Mib
La voix d'alto est donc issue de ce groupe de trompette "longues" (Mib, Fa).  

L'adjonction de pistons correspond à la possibilité de modifier la longueur du tube donc de bénéficier de nouveaux bouquets d'harmoniques. L'instrument devient "chromatique".
En Sib aigu, Ré, La, la trompette est sopranino (ou piccolo).
Elle peut alors être équipée de 4 pistons. Ce piston supplémentaire augmente un peu la tessiture dans le grave (une quinte en générale).


LES CUIVRES

UNE ÉVOLUTION CONTINUE DE LA PRÉHISTOIRE À NOS JOURS
A l'âge du bronze, grâce à de nouveaux matériaux, des prototypes d'instruments à embouchure apparaissent à côtés des instruments à arête et à anche. ils s'inspirent souvent de modèles naturels, mais créent parfois de nouvelles formes.
 Le didgeridoo est la trace actuelle vivante de ce que devaient être les premiers instruments qui ont donné naissance aux cuivres. On le trouve dans les tribus aborigènes de l'Australie du Nord.
Ecouter : Le didgeridoo
Les instruments en bronze (ci-dessus) sont ceux des instruments du culte boudhiste utilisés par les moines de katmandou. Ils sont très proches des "trompettes" trouvées dans les sarcophages des pharaons en Egypte....
Ecouter : Les cuivres modernes LA TROMPETTE, LE CORNET à PISTONS, LE COR, LE TROMBONE, LE TUBA

Ecouter pour aimer les cuivres : Le MNOZIL BRASS, PARIS BRASS BAND, BRASS BAND ACCORDS
Les grands  fabricants : 
BESSON, YAMAHA, COURTOIS, WILSON, MIRAPHONE, BACH, GETZEN, SCHILKE, Jérome WISS



Pistons verticaux 

Pistons  rotatifs.

 Autre système qui permet d'orienter le flux d'air dans les longueurs de tubes

Les Grands noms de la trompette :

Ecouter : Maurice ANDRE qui a eu le mérite de populariser l'instrument dans sa conception "classique". Il est le fondateur de "l'école Française de la Trompette" qui est encore une référence actuellement.

D'autres artistes sont la fierté de l'école française :
La très jeune Lucienne RENAUDIN VARY en est un exemple exceptionnel qui aborde sans différence tous les genres musicaux ici en jazz(1) (2)
Raymond Sabarich, Guy Touvron, Bernard Soustrot, Eric Aubier, David Guerrier, Ibrhaim Maalouf à l'étranger Winton Marsalis 1-classique, Winton Marsalis 2 Jazz
Liste bien sûr non exhaustive...





Au Centre Musical ACCORDS le Cornet c'est : Bruno ROSSERO


LE CORNET


Cet instrument a pâti en France d'une querelle d'égaux entre 2 grosses personnalités du monde des cuivres de l'entre deux guerres: 
Raymond Sabarich qui défendait la trompette et Eugène Foveaux qui défendait le cornet à pistons.
C'est la trompette qui a gagné cette bataille grâce à l'élève surdoué de maître Sabarich : Maurice André qui fut l'ambassadeur mondial de la trompette.
Depuis quelques années il fait une réapparition remarquée pour 3 raisons :

  1. Son anatomie : même si pour les non-initiés l'instrument ressemble à la trompette (exactement la même longueur) il a des spécificités qui en font un instrument différent.
  2. La perce : légèrement cônique en fait un instrument plus chaleureux que la trompette. La conicité en fait un instrument moins résistant dans le jeu donc plus facilement virtuose. Pour l'enseignant c'est aussi, par sa moindre résistance, un instrument plus adapté aux jeunes élèves.
  3. La forme de l'instrument : La longueur du cornet est exactement identique à celle de la trompette. Sont tube est enroulé un tour de plus. Il est donc plus ramassé. Pour l'enseignant c'est aussi une qualité qui le rend plus adapté à la pédagogie pour les jeunes élèves.

Son rôle socio culturel : Le cornet a toujours été un instrument populaire. Au kiosque à musique, dans les orchestres militaires où il assurait les parties principales.
Il a fait l'objet de trocs avec les formations de l'armée du salut dans les régions protestantes d'Europe (Angleterre, Belgique, Suisse, etc). Les Brass Band sont nés. Depuis 50 ans ils se développent avec vigueur grâce aux concours, aux compositeurs sollicités pour les œuvres imposées lors de ces épreuves.
En France le mouvement a pris un peu de retard mais depuis 15 ans le mouvement Brass Band est en plein essort également.
Des artistes virtuoses se sont pris d'affection pour cet instrument  (en Sib ou en Mib pour le conet soprano) :
Roger Webster , James Shepherd, en France Alexi Demailly (qui sollicite des compositeurs français contemporains), Ludovic Grillon (cornet Mib)


LES TROMBONES
Il s'agit là du groupe ténor du chœur des cuivres clairs. 
Comme nous le disions plus haut chaque registre possède une subdivision subtile.
Ici nous découvrirons le TROMBONE TÉNOR, le TROMBONE BASSE et le CIMBASSO (le plus gros) mais aussi le TROMBONE ALTO (le plus court en Mib).
Tous ont la particularité de faire varier la longueur de leur tube grâce à un système de coulisse.
Chaque centimètre du tube peut donc être la longueur fondamentale d'un "bouquet" d'harmoniques.
Les trombonistes savent jouer de la spécificité de leurs instruments en usant (parfois abusant) de l'effet "glissando"
Cette particularité de l'instrument a donné le nom aux premiers instruments du groupe : LES SACQUEBOUTES (étymologiquement :sacquer = tirer, bouter = pousser).
On retrouve sur ces instruments les caractéristiques principales de la familles des cuivres dans leur plus simple expression :

  1. Une embouchure qui collecte la vibration créée par les lèvres de l'instrumentiste (principe des anches doubles ), un tube cylindrique, 
Un pavillon (partie de l'instrument qui diffuse le son). 
Le trombone ténor est le plus simple (dit trombone simple) 


L'instrumentiste doit choisir la longueur du tube qui lui donne la possibilité d'émettre la fréquence de la note qu'il désire jouer. Ou autrement dit, choisir la longueur du tube qui contiendra le bouquet d'harmoniques dans lequel il trouvera la note voulue.

La musique occidentale a fixé 7 longueurs (positions de coulisse) qui permettent de jouer les notes (fréquences) utilisées dans les échelles de la musique Européenne.
Pour répondre aux exigences des compositeurs les luthiers ont créé des instruments susceptibles de couvrir une plus grande tessiture.
Le trombone alto est le plus court de la famille il sonne en Mib. Il est assez peu utilisé. Dans les chœurs de trombones (Requiem de Mozart par exemple).  
Ecouter : Tuba Mirum

La Saqueboute (L'ancêtre du Trombone)
Ecouter : Sacqueboutiers de Toulouse

Le trombone complet (trombone simple + longueur ouverte grâce à une "noix")
Ecouter : Michel BECQUET

Le cimbasso est trop long pour bénéficier d'un système à coulisse.  Il est équipé d'un système à palettes comme les cors ou certaines trompettes.
Ecouter : Donna Lee au cimbasso

Le trombone est un instrument incontournable de la famille des cuivres. Il est utilisé dans tous les styles de musique. Il peut être utilisé en soliste virtuose, en ténor d'un chœur de cuivres, en ensemble homogène.
Ecouter : Michel Becquet , Slokar trombone Quartet
L'école Française du trombone est la référence mondiale avec des artistes virtuoses :
Michel Becquet, Gilles Millière, Alain Manfrin, Jacques Fourquet qui composaient le célèbre "Quatuor de Trombones de Paris"
Jacques Mauger qui est l'ambassadeur du trombone Français à travers le monde.
De jeunes artistes ont suivi en France leurs "idoles Ici Fabrice Millischer

Au Centre Musical ACCORDS le Trombone c'est : Franck RAYMOND

Le Serpent

OPHICLÉIDE

LE TUBA
Nous ne reviendrons pas sur les principes de fonctionnement de ces basses de l'orchestre.
Ils sont semblables à ceux développés pour la trompette et le trombone.

Son histoire est un peu plus compliquée, car issue de tâtonnements divers.
Les instruments anciens à embouchures ayant un lien avec nos instruments contemporains sont assez différents les uns des autres. 

  1. Serpent : est réutilisé depuis quelques années dans les reconstitutions sur instruments d'époque (musique ancienne).
  2. Ophicléide : (ou serpent à clé) est lui aussi réutilisé dans les propositions de musique ancienne en version "d'époque".

Les luthiers sont de vrais artistes pour construire à l'identique des instruments qui sont utilisés actuellement. 

  • Pierre Ribot pour le serpent.
  • Jérome Wiss pour l'ophicléide.

Ecouter Patrick Wibart au serpent (1) ou à l'ophicléide (2)
Hector Berlioz a encore utilisé dans ses œuvres ces 2 instruments. dans la célèbre symphonie fantastique.

Le Tuba moderne est encore en train de se chercher.  

Avec pistons ?
Avec palettes ?
En Ut ? En Fa ? 

Les luthiers proposent chaque année des instruments toujours plus performants et plus adaptés aux exigences des virtuoses et des compositeurs qui développent les répertoires.

Ecouter : les grands virtuoses de ces gros cuivres.
Dirk HirtheMel Culbertson, Stéphane Labeyrie
Ecouter : Le tuba en ensemble Tubaland 2015

Au CMA le TUBA/Euphonium c'est : Cédric ROSSERO.


Cuivres coniques

La grande famille des saxhorns
Nous allons traiter en un seul chapitre cette grande famille.
Au Centre Musical Accords les saxhorns c'est : Cédric ROSSERO
Pour les caractéristiques techniques nous vous renverrons aux pages précédentes concernant les cuivres car, mise à part la conicité de leurs tubes, ces instruments sont en tous points similaires.
Nous allons tenter de vous familiariser avec leurs noms et leurs utilisations.
Nous vous donnerons des pistes d'écoutes pour vous faire découvrir un monde malheureusement fort mal connu en France et qui est trop souvent méprisé par certains "mélomanes".


A partir de 1840 Adolphe Sax commence à travailler à la modification de certains instruments de la famille des cuivres.
Il met à profit les avancées de la chaudronnerie des armes de guerre pour développer ses idées nouvelles destinées aux cuivres.
Il avait déjà perfectionné la clarinette. Il mettra au point un peu plus tard l'instrument qui le rendra célèbre LE SAXOPHONE.
Adolphe SAX n'est donc pas un inventeur, même s'il a déposé de nombreux brevets, mais plutôt un "géo trouve tout" qui perfectionne et adapte.
Le résultat de ses recherches est développé dans la famille des saxhorns, qui est largement utilisée de nos jours dans les orchestres d'Harmonie et les Brass Band.
Le SAXHORN BASSE est le seul de la famille qui a eu "l'honneur" d'être invité dans les orchestres symphoniques. (par exemple "Bidlo" dans les Tableaux d'une exposition).
C'est certainement pour cette raison que les "saxhorns" ont été un peu snobés par les "mélomanes".
C'est l'école Française des cuivres et notamment Philippe FRITSCH et Jean-Luc PETITPREZ tous deux professeurs au CNSM de Paris qui défendent cet instrument dans le monde de la musique.
Ecouter : l'ensemble SAXHORNIA  (Jean-Luc Petitprez, David Maillot, Bastien Baumet, Sébastien Stein)

Dans ces quelques lignes nous souhaitons participer à la réintroduction de ces instruments merveilleux dans l'ensemble des instruments "respectables". 

 L'aigu de la famille : LES BUGLES ou saxhorn soprano (Flugelhorn dans les nomenclatures européennes). Il est utilisé en Mib (dit petit bugle) mais surtout en Sib.

Il a été repéré très tôt par les musiciens de jazz pour la douceur veloutée du son.
Il fait partie des instruments qui ont permis la diffusion des grands airs d'opéra et des grandes transcriptions du répertoire romantique joués au Kiosque dans les "orphéons" au début du XXème siècle. Il est maintenant indispensable au centre du Brass Band ou il a souvent un rôle de soliste.
Ecouter : Le Bugle aussi appelé Flugelhorn

L'alto de la famille : Le SAXHORN ALTO qui a trop longtemps souffert d'une utilisation très maladroite des compositeurs ou arrangeurs qui les cantonnaient dans des rôles très sclérosés.
Il est appelé de façon un peu dédaigneuse "La Pichotte".
Il explose depuis quelques années avec des virtuoses qui se sont passionné pour le timbre de cet instrument.
Il est aussi le "ventre du Brass Band ou il est utilisé par 3.
Ecouter : Anthony Galinier et Owen Farr et en QuatuorSophie Budelot

Le Baryton de la famille : LE SAXHORN BARYTON.
Il fait déjà partie des graves des formations dans lesquelles il intervient.
Les orchestres d'Harmonie s'en sont appropriés depuis longtemps.
Il lui arrive d'être entendu en soliste mais son rôle est plus souvent dans le soutien des lignes mélodiques le remplissage harmonique.
Il tient une place essentielle dans les Brass Band.
Ecouter Le saxhorn Baryton

La basse de la famille : L'EUPHONIUM est à la fois la basse de la famille et le ténor.
Il en est un des plus virtuoses. Il s'est construit une belle réputation, pour un instrument relativement récent, grâce à des virtuoses passionnés qui ont sollicité des compositeurs et qui ont aussi osé des adaptations virtuoses d'œuvres pour violon, violoncelle par exemple.
Ecouter : Les représentants Français de l'Euphonium, Bastien BaumetCédric Rossero et l'ensemble Euphorium , Anthony Caillet , Steven Mead (Anglais)

 La contre basse : Le SAXHORN CONTRE BASSE est souvent confondu par les néophytes avec le Tuba.
Il en a l'apparence mais son tube est celui des saxhorns donc conique.
C'est une véritable basse des vents de l'orchestre d'harmonie. Il en fournit la profondeur et la douceur que les Tubas n'ont pas.
Les saxhorns Contre Basse sont utilisés en quinte dans les Brass Band 2 en Mib (quinte supérieure) et 2 en sib (quinte inférieure).
Ecouter : Pour entendre le saxhorn contre basse en solo nous n'avons pas encore trouvé de beaux enregistrements en soliste. Nous vous proposons de l'écouter dans les formations de brass Band. Paris Brass Band, Black Dike