La musique à LANCEY .....Une Histoire de papiers

1892 - C'est la date des premiers documents que nous trouvons relatant l'existence d'une activité musicale organisée sur la commune de Villard-Bonnot / Brignoud.  Une bannière actuellement exposée au musée Bergès atteste de cette activité musicale.
1892 - C'est la date des premiers documents que nous trouvons relatant l'existence d'une activité musicale organisée sur la commune de Villard-Bonnot / Brignoud. Une bannière actuellement exposée au musée Bergès atteste de cette activité musicale.
Ce n'est qu'en 1959 que fut créée la première Ecole de Musique. La direction des Papèteries de France de l'époque souhaitait conforter l'effectif de l'orchestre d'Harmonie de l'usine. Cette formation assurait depuis très longtemps les manifestations organisées dans le cadre de la vie de l'entreprise : Noël du personnel, remise de médailles, réception de machine etc... Les anciens musiciens militaires était la source la plus importante qui alimentait les rangs de cet ensemble. Après leurs périodes militaires ils intégraient le personnel de l'usine en priorité dans le recrutement.
Après la 2° guerre mondiale cette source risquait de se tarir. Il fallait donc former sur place. 
Belle initiative de Monsieur Henry JAUSSAND directeur de l'usine.
Il embauche Pierre DESON (ex sous-chef de la musique militaire des transmissions. Avec l'aide de la Confédération Musicale de France représentée par Jean-Pierre MALFAIT  l'école de musique se structure un peu. Des membres du personnel, musiciens, sont chargés de cours et déchargé d'autant d'heure de présence dans les ateliers.
Des cadres de l'usine prennent la présidence de l'Harmonie. On se rappellera de Charles FOULARD, Clotaire VIGNON, Jean PAX. C'était la période faste de l'industrie papetière.
L'école de musique se développe.
Elle s'installe au carrefour de Lancey ou elle va rester jusqu'en 1996. Elle s'ouvre vers l'extérieure et n'accueille plus seulement les enfants des papetiers. L'Harmonie des Papèteries de France est déjà une des très belles formations de la région Rhône-Alpes.

A partir de 1976 les Papèteries subissent la crise poste "crise du pétrole". Des machines sont arrêtées... C'est le début d'un déclin irréversible.
En 1979 il est grand temps de commencer à penser à l'avenir pour ce qui va devenir "Ecole de Musique de Lancey".
Une association type loi 1901 est créée. Cela donne accès aux subventions des collectivités territoriales : communes, département… etc. La croissance continue, la réputation de cette école dépasse largement les limites de la commune.
En Septembre 1982 Pierre DESON fait valoir ses droits à la retraite. Michel BOUTEILLE directeur de l'usine nomme Bruno ROSSERO, jeune diplômé de l'université de Lyon et du Conservatoire de Grenoble… (mais ancien élève de l'école de musique) à la direction de l'école de musique. Son salaire est encore pris en charge par l'usine, ainsi que les frais inhérents aux bâtiments. En février 1989 la situation se dégrade.
Le directeur de l'Ecole de musique est licencié par l'usine.
La direction des Papèteries décide de mettre fin aux relations avec toutes les structures périphériques à la fabrication du papier : bibliothèque, sport, musique.
Les familles membres de l'association, les professeurs, les élus se mobilisent.
La N 523 est bloquée toute une matinée par plus de 500 personnes solidaires.... Quelques semaines plus tard nous apprendrons que cette mobilisation a payé.

-


- Un SIVU (syndicat intercommunal à vocation unique) se met en place sous l'impulsion de Gabriel SOTO maire de Villard-Bonnot. 
- L'école de musique change de nom et devient CENTRE MUSICAL ACCORDS. 
-Une première subvention est votée. Le département suit également le mouvement....
- L'école garde la jouissance du bâtiment situé en plein centre du village mais en assure les charges.
- En septembre 1996 la municipalité de Villard-Bonnot, conduite par Gabriel SOTO, décide d'installer l'Ecole de musique dans le bâtiment du groupe scolaire Jules FERRY ou elle est encore.
- En 1997 lors de son premier mandat Daniel CHAVAND réussit à convaincre ses collègues élus du SICAEM (Syndicat Intercommunal pour la Coordination de l'Animation et de l'Enseignement Musical) de construire un bâtiment dans lequel sera installée l'administration du CMA ainsi que la grande salle de répétition.
 Il sera inauguré en septembre 1998
Depuis cette époque la vie du CMA est largement soutenue par les 3 communes du SICAEM. (Froges, Le Versoud, Villard-Bonnot) Son activité incessante est la recette de sa survie, mais c'est aussi la marque de la gratitude de l'ensemble des responsables de la structure pour la confiance accordée depuis tant d'années.